lundi 24 octobre 2016

La Pierre d'Isis, tome 1 : Isulka la Mageresse

Auteur : Dorian Lake

Editions Lune Ecarlate

Résumé de l'éditeur
Isulka est une mageresse marginale, un peu vénale, mais surtout très endettée, vivotant en donnant des spectacles de magie dans des cabarets parisiens. Scipione est un spadassin vénitien comme on n’en fait plus, un reliquat du passé exilé de la Sérénissime, trahi par ses pairs et en quête de Vendetta.
Recrutés par un employeur anglais pour subtiliser une bague qu’on lui aurait dérobée, la mission se révèle sous un tout autre jour lorsqu’ils découvrent la valeur réelle et symbolique du joyau. Plus question pour Isulka et Scipione de travailler à prix bradés.
L’appât du gain les mènera de Paris au Caire, de coups bas en coupe-gorges, une course-poursuite s’engageant entre les protagonistes, des espions, des criminels et une inquiétante secte égyptienne…


Mon avis
Avant toute chose, je souhaiterais remercier les éditions Lune Ecarlate, ainsi que l'équipe du forum Livraddict, qui m'ont permis de découvrir ce roman par le biais d'un partenariat.

Comme l'indique le résumé, nous suivons les péripéties de deux protagonistes : Isulka, la mageresse rusée au caractère bien trempé, et Scipione, le spadassin (et voleur) au charme latin. Ils ont en commun un besoin urgent : gagner de l'argent. Elle, pour rembourser ses dettes, sous peine de représailles ; lui, pour retourner en Italie accomplir sa vendetta. Pour ce faire, ils répondent à l'appel d'un mystérieux Anglais, qui leur propose une récompense en échange de leurs services. Leur mission : retrouver une bague et la lui rapporter.
Isulka et Scipione, qui se sont pris en grippe dès le début, sont donc contraints d'oeuvrer ensemble s'ils veulent toucher leur salaire. Mais lorsqu'ils apprennent, durant leur mission, que la bague vaut en réalité beaucoup plus que ce qui leur a été proposé comme récompense, plus question de travailler en équipe : chacun est bien décidé à se la garder pour soi. Commence alors un concours à celui qui montera la meilleure arnaque pour tenter d'évincer l'autre, ce qui pourrait bien, au final, les mener tous deux à leur perte...

La relation conflictuelle entre Isulka et Scipione ne manque pas de saveur ! Les personnages, qui ne sont pas franchement des héros au sens premier du terme, sont néanmoins très sympathiques et capables de puiser dans leurs ressources en cas de situation délicate. J'ai beaucoup aimé le sens de la répartie et le côté effronté d'Isulka, ainsi que les talents de Scipione qui semble tout droit sorti d'un roman de cape et d'épée (ceux qui me connaissent un peu savent que j'ai un faible pour le genre...)
Un autre personnage, Aslin, m'a également intriguée par son ambigüité : il n'est ni vraiment gentil, ni vraiment mauvais, et cache, sous ses airs de brute épaisse, une réelle perspicacité et une certaine sensibilité.
Je regrette seulement qu'on n'en sache pas plus sur leur passé... peut-être dans le tome 2 ?

Les scènes d'action sont prenantes et m'ont tenue en haleine ; le ton est, dans l'ensemble, plutôt léger, empreint d'humour et d'ironie (sauf à la fin, avec un passage qui se rapprocherait plus de la dark fantasy, vu l'horreur des scènes).

Le cadre de l'action est réel, situé entre le Paris et l'Egypte de la fin du XIXe siècle, ce qui fait de ce roman un bon candidat pour les lecteurs qui seraient peu habitués à la fantasy, et/ou qui souhaiteraient découvrir le genre en douceur.

J'ai littéralement dévoré la première moitié du roman, mais j'ai eu un peu plus de mal avec la deuxième partie, n'ayant adhéré qu'avec une certaine réserve à la partie mythologique/sectaire (je m'attendais à quelque chose de différent). La fin, en revanche, m'a beaucoup plu, et c'est avec plaisir que je lirai la suite !

Ce roman m'a permis de découvrir un nouvel auteur, Dorian Lake, que je ne connaissais pas jusqu'ici, mais que je surveillerai dorénavant : d'une part, parce que sa plume a le mérite de m'avoir fait passer un bon moment ; d'autre part, parce que j'ai cru comprendre, en lisant sa page de remerciements, qu'il appréciait l'oeuvre d'Alexandre Dumas... Et ça, c'est quand même un gage de qualité :)

5 commentaires:

  1. Coucou Neko,
    Bon ben tu as su trouver les mots qui font mouche : "de cape et d'épée" et "Dumas" dans la même chronique, forcément ça fait tilt !! comment résister ?!
    Bon ben dans la wish !
    Merci à toi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci tautiton, j'espère que cette lecture te plaira :)

      Supprimer
  2. Hello Neko !

    Merci beaucoup pour ta chronique, je suis ravi que les personnages aient su te combler. C'est vrai que le milieu du livre change un peu du début, mais si tu y as malgré tout pris du plaisir, c'est l'important.

    N'hésite pas à mettre ton avis sur Amazon, ça aide beaucoup les petits auteurs.

    Merci encore !
    Dorian,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire, ça me fait très plaisir ! J'ai pris beaucoup de plaisir à lire votre roman, et j'ai hâte de connaître la suite :)

      J'ai ajouté mon avis sur Amazon, je vous souhaite une bonne continuation !

      Supprimer
    2. J'ai vu ça, merci beaucoup !!

      Supprimer